Images du tango

 


Peinture - Photographie - BD - Films de fiction - Documentaires


 

Peinture

 

Certains peintres et illustrateurs sont ou furent inspirés par le tango. Parmi eux

 


 

Photographie

 

Jim Zimmermann, Paula Oudmann et Oriana Eliçabe, Tango. The Rythm and Movement of Buenos Aires. Night & Day Music, collection e.a.r BOOKS, 116 pages, quatre CD dont un concert d’Astor Piazzolla, 40 €.

 


 

Bande dessinée

 

Couverture de la BD Noir TangoPierre Christin & Annie Gœtzinger, Le Tango du disparu, Métailié, 2008

Par un soir de grand vent, un inconnu franchit le seuil d’une milonga, ces boîtes à tango de Buenos Aires. C’est là que va commencer la carrière d’Enrique Pracánico, mythique joueur de bandonéon désormais disparu comme tant d’autres. Le péronisme triomphe, les trains culturels sillonnent la pampa. Bientôt, les coups d’État vont se succéder jusqu’à l’effroyable guerre de tous contre tous qui marquera au fer rouge l’Argentine des généraux.

Jorge Gonzalez, Bandonéon, Dupuis, 2010

Bandonéon, c’est, entre autres, le récit de la destinée d’Horacio, enfant prodige au piano, fasciné par les musiciens de tango, devenu ce jeune homme doué, prêt à tout pour devenir l’égal des notables viveurs dont il envie l’aisance. Il ne reculera devant aucune compromission pour arriver, enfin, même si pour cela il lui faudra se renier soi-même et s’en mordre les doigts quand l’illusion se sera dissipée, et que la vie aura filé... Mais Bandonéon, c’est aussi le récit, par Jorge Gonzalez, de son retour en Argentine, le temps de rendre visite à ses amis et sa famille. L’occasion d’une plongée introspective dans ce que créer, être argentin, aimer le tango, partir et revenir veulent dire.

Couverture de la BD Carlos Gardel de Muñoz et SampayoMagali Le Huche, Le Tango d’Antonella, Sarbacane, 20127

Antonella a de très longs cheveux et aime les oiseaux et le tango. Helmut a des cheveux courts et frisés et aime faire des loopings avec son avion et sa liberté. Antonella danse en ville. Helmut danse dans le ciel. Lorsqu’ils se rencontrent, ils apprennent à accorder leur pas de danse.

Michaël Monnin & Philibert, Noir tango, Akileos, 2009

Argentine, années 40. Miguel, formidable danseur, ne tangue plus qu’au rythme de l’alcool et des bagarres. Il a renoncé à ses rêves nomades pour sa femme Isabella Sendoval, fille d’une famille riche et crainte dans cette ville portuaire dans laquelle il a échoué. Haï par sa belle-famille qui cherche à la détruire, son chemin va croiser celui d’un autre homme, mystérieux individu, auquel son destin semble lié.

José Muñoz & Carlos Sampayo, Carlos Gardel. La Voix de l’Argentine, Futuropolis, 2008 & 2010

Mariano Otero, Tango-Monde, La Part Commune, 2010

Je ne saurai jamais pourquoi. Pourquoi le tango et pas autre chose. Dans cet abandon total, intense, physique. Cette tendresse sombre et cette tristesse impatiente, avec elles le bonheur du corps, des corps. Dont je ne sais rien ou presque. J’ai cette passion qui se danse avec tout ce que nous sommes à deux. Une musique certes, mais pas n’importe quelle musique. Un chant aussi, amoureux, exalté, angoissé. La langue peut-être qui résonne de vagues très longues. Ou cet enlacement profond qui nous rend vulnérable au monde. J’aime, oui, ces suites de prises de pieds attaquant les notes, les ciselés de jambes et les esquives des hanches. C’est se donner et se perdre. Des gestes qui dévoilent et presque déshabillent. Tête-à-tête. Corps à corps. Mélange de force et d attirance. De défense et de conquête. Tout ici ouvre et reprend la vie.

Couverture de la BD Corto Maltese - Tango d'Hugo Pratt

Hugo Pratt, Tango, Castermann, 1987

L’Argentine que retrouve Corto Maltese, après quinze ans d’absence, a bien changé. Si les desperados d’hier sont devenus des hommes d’affaires respectés, leurs méthodes sont toujours aussi expéditives et, rapidement, les cadavres jalonnent la route du marin. Ce n’est que grâce à sa ténacité et au soutien de ses amis, que Corto réussira à éloigner la petite Maria des tourments qui ont coûté la vie à sa maman.

Salva Rubio, Ruben del Rincón, Max, Éditions du Long Bec, 2018

Les Aventures de Max, le héros du Tango de la Vieille Garde d’Arturo Pérez-Reverte.

André Taymans, série « Caroline Baldwin », 17. Narco-Tango, Paquet, 2017.

Montréal. Le printemps est arrivé. Les papillons virevoltent dans le ciel tandis que des couples de danseurs ont repris possession des allées des parcs municipaux pour s’adonner a leur passion du tango-libre. Mais tout n’est pas rose pour autant dans la belle province. Une nouvelle drogue a fait son apparition, causant des ravages dans le milieu des toxicomanes et de la prostitution. C’est dans ce cadre bucolique que nous retrouvons Caroline Baldwin, enquêtrice chez Wilson Investigation, sur les traces d’un certain Juan Zalamea. Celui-ci, brillant scientifique, n’a plus donné signe de vie au laboratoire pharmaceutique qui l’emploie. Le plus gênant est qu’il a emporté avec lui quelques documents sensibles qui, aux dires du laboratoire, pourraient bien intéresser ses concurrents...

 


 

Films de fiction où le tango joue un rôle

 

Depuis des films consacrés uniquement au tango,
jusqu’à des films où le tango n’apparaît jamais tout en étant une inspiration,
en passant par des films où l’on danse seulement un tango.

 

Max Linder, Max professeur de tango, 1912

CCouverture du film The Count de Charlie Chaplinharlie Chaplin

  • Tango Tangles, 1914
  • His Prehistoric Past, 1914
  • Tillie’s Punctured Romance, 1914
  • The Count, 1916

Martinez de la Pera, Nobleza Gaucha, 1915

José Agustín Ferreyra

  • El Tango de la Muerte, 1917

    Chronique de la musique, des quartiers et des personnages de Buenos Aires.

  • Calles de Buenos Aires, 1934

Francisco Defilippis Novoa, Flor de Durazno, 1917

Juan Glize, Violeta o La Reina del Tango, 1918

Rex Ingram, Les Quatre cavaliers de l’Apocalypse, 1921, avec Rudolph Valentino

Madariaga est un puissant propriétaire de bétail argentin et il considère l’un de ses gendres comme son héritier favori, le français Julio. A la mort de Madariaga, Julio et son épouse empochent une partie de l héritage et emménagent à Paris. Il devient peintre et tombe amoureux de Marguerite, une femme mariée. Lorsque la Première Guerre Mondiale éclate et que le mari de Marguerite est rendu aveugle, Julio décide de s engager dans l’armée. Ce qu’il ne sait pas encore c’est qu il va devoir affronter son propre cousin sur le champ de bataille.

José Agustín Ferreyra

  • La Chica de la calle florida, 1922
  • Mientras Buenos Aires duerme, 1924

Affiche du film Assassination TangoJulio Irigoyen, La Cieguita de la avenida Alvear, 1924

Richard Jones, The Gaucho, 1927

Edmo Cominetti, La Borrachera del Tango, 1928

Walt Disney/Ub Iwerks, The Gallopin’ Gaucho, 1928

Mickey danse un tango avec Minnie et se bat avec un chat qui l’a enlevée.

Adelqui Millar, Las Luces de Buenos Aires, 1931, avec Carlos Gardel

Eduardo Morera, divers courts métrages, souvent avec Gardel entre 1931 et 1941. Dans El Carretero, un dialogue entre le chanteur et Arturo de Nava.

Jack Conway, Red-Headed Woman, 1932, avec Jean Harlow

Le personnage central est surnommée “Red” (la rousse), une jeune femme de milieu modeste qui va, comme Bel ami, tenter de se hisser tout en haut de l’échelle sociale en exploitant le sexe opposé.

Thornton Freeland, Flying Down to Rio, 1933

Luis Moglia Barth

  • Consejo de tango, 1932
  • ¡Tango!, 1933

Premier film argentin sonore, avec Libertad Lamarque, Tita Merello et Luis Sandrini.

Louis J. Gasnier

  • Melodía de Arrabal, 1933
  • Esperáme, 1933
  • El Tango en Broadway, 1934
  • Cuesta Abajo, 1934

Mario Soffici, El Alma del Bandoneón, 1935

John Reinhardt

  • Tango Bar, 1935, avec Gardel

    Ricardo est définitivement ruiné par les pari sur les courses et s’installe en Espagne à Barcelone. Il ouvre un « Tango bar » avec une actrice, Laura. Mais l’ancien compagnon de Laura, un truand, les persécute.

  • El Día que me quieras, 1935, dernier film de Gardel avec Piazzolla dans un tout petit rôle (crieur de journaux)

Enrique Cadícamo

  • La Virgencita de Pompeya, 1935
  • Noches Cariocas, 1935

Manuel Romero

  • Noches de Buenos Aires, 1935
  • La Vida es un Tango, 1939
  • Carnaval de Antaño, 1940, avec Sofía Bozán & El Cachafaz
  • Tango Vuelve a París, 1948
  • La Historia del Tango, 1949

Affiche du film History is Made at NightArthur T. Horman, Tango, 1936

Frank Borzage, History is made at night, 1937

Irène est décidée à rompre son mariage avec son mari, le riche armateur Bruce Vail. Pour l’empêcher d’engager une procédure de divorce, Vail donne l’ordre à son chauffeur Michael de s’introduire dans la chambre d’hôtel de sa femme à Paris, afin que lui-même et un détective privé la surprennent dans une situation compromettante. Mais lorsque Bruce et le détective font irruption dans la chambre, ils sont menacés par un inconnu qui emmène Irène en otage en emportant ses bijoux.

José A. Ferreyra, Besos Brujos, 1937, avec Libertad Lamarque

Luis Bayón Herrera, El Astro del Tango, 1940

Julio Irigoyen

  • Los misterios de Buenos Aires, 1935
  • Mi Buenos Aires querido, 1936
  • Sombras de Buenos Aires, 1939
  • El Cantor de Buenos Aires, 1940
  • Academia El Tango Argentino, 1942
  • Un Muchacho de Buenos Aires, 1944
  • La Canción de Buenos Aires, 1945
  • El Alma de un Tango, 1945

Elías Alippi, Callejón sin Salida, 1938

Lucas Demare

  • El Viejo Hucha, 1942
  • Mi Noche Triste, 1952
  • Detras de un largo muro, 1958
  • Solamente Ella, 1975

Chano Urueta, La Noche y tú, 1946

Luis Buñuel, Le Grand Casino, 1946

Dans ce drame sentimental, politique et social, premier film mexicain de Buñuel, Libertad Lamarque chante, en particulier El Choclo.

Antonio Momplet, La Cumparsita, 1947

Héctor Canziani, El Ídolo del Tango, 1949

Hugo del Carril, Historia del 900, 1949

Alberto de Zavalía, La Doctora Quiere Tangos, 1949

Homero Manzi, El Ultimo Payador, 1950

Tulio Demicheli, Arrabalera, 1950

Billy Wilder, Certains l’aiment chaud, 1958

Deux musiciens recherchés par la mafia se cachent dans une troupe de chanteuses/danseuses. Tony Curtis, Jack Lemon, Marilyn Monroe.

Homero Cárpena, Soy del tiempo de Gardel, 1954

Luis César Amadori, Mon dernier tango, 1960

Lautaro Murúa, Alias Gardelito, 1961

Film noir : un jeune homme qui veut être le nouveau Gardel tombe dans la délinquance.

Enrique Cahen Salaberry, El Día que me quieras, 1969

Juan Antonio Serna, El Cantor Enamorado, 1969

Affiche du film Tango de Carlos SauraJacques Deray, Borsalino, 1970

Quand Roch Siffredi sort de prison, c’est d’abord pour aller se mesurer, par la force du poing, à François Capella. Mais les deux gangsters vont très vite comprendre que l’union fait la force, et qu’en s’associant ils peuvent voir grand, très grand. Ils multiplient les arnaques et les coups d’éclat dans un Marseille alors aux mains des puissants chefs de clan Pauli et Marcello.

Emilio Vieyra, Así Es Buenos Aires, 1971

Jean-Daniel Pollet, L’acrobate, 1975

Léon est un garçon de bain complexé, qui n’a aucun succès auprès des femmes. Son grand amour est une prostituée dont il voudrait devenir l’unique client. Léon se décide un jour à prendre exemple sur son ami Ramon, grand séducteur et danseur de tango. Il s’inscrit à un cours de danse et se révèle très doué.

Paul Verhoeven, Soldier of Orange, 1977

Alors que la Seconde Guerre mondiale est proche, dans une université à Leyde, six étudiants vivent sans se préoccuper de leur avenir. Mais cette guerre va changer leur vie, certains vont choisir la rébellion et résister à l’occupant, d’autres vont opter pour la collaboration.

Iouri Norstein, Le Conte des contes, 1979

Dans ce sublime film d’animation russe (26’) une des plus belles séquences est consacrée à un tango tragique.

Fernando Siro, La Canción de Buenos Aires, 1980

Zbigniew Rybczyński, Tango, 1981

Court métrage d’animation. 36 personnages, représentant 36 moments, actions ou plans temporels différents et autonomes, se chevauchent dans l’espace d’une pièce pauvrement décorée.

Jorge Briand & Julio Saraceni, Buenos Aires Tango, 1982

Hugo Santiago, Les Trottoirs de Saturne, 1985

Fabian, talentueux bandonéoniste, vit en exil à Paris après avoir fui la répression qui sévit en Argentine. Seule la musique donne désormais un sens à son existence. Sa sœur Marta vient le rejoindre. Tous deux projettent alors de retourner dans leur pays.

Fernando Solanas

  • Tangos, l’Exil de Gardel, 1986

    Des Argentins, exilés à Paris sous la dictature, montent un spectacle en l’honneur de Gardel. « On a discuté très longtemps : nos points de vue étaient très opposés sur tout. Ainsi, il pensait, comme Borges, que la démocratie était une pénurie, je défendais exactement le contraire. On sentait chez lui une pensée de droite et beaucoup de mes amis exilés ne comprenaient pas à l’époque (1983-84) que je veuille lui confier la musique de mon film. Mais je lui disais : “Je fais un grand film sur le tango, tu dois écrire la musique.” Pour moi, c’était simple : il était le plus grand musicien argentin du siècle, voilà. Notre Bartok, notre Gershwin, notre Manuel de Falla… Immortel, la musique immortelle de la ville de Buenos Aires, qui restera. Je lui répétais: “Astor, tu ne peux pas rater ça, malgré notre différence. C’est un film sur la création, l’amour de la patrie et la relation entre l’Argentine et la France. Astor, tu dois faire ce film !”. » Fernando E. Solanas

  • Le Sud, 1988

Carlos Borcosque Jr., Argentina es Tango, 1988

Héctor Olivera, Two To Tango, 1989

Tristán Bauer, Después de la tormenta, 1991

Leonard Schrader, Naked Tango, 1991

Retournant par bateau en Amérique du Sud, une jeune fille échappe à son époux, plus âgé. Elle décide pour cela d’échanger sa place avec une autre jeune femme venant de se suicider. Pensant pouvoir recommencer sa vie, loin de son mariage arrangé, elle se retrouve en réalité prise au piège à travailler dans un bordel.

Martin Brest, Le Temps d’un week-end (Scent of a Woman), 1992

Pauvre remake du Parfum de femme de Dino Risi. Dans une scène le personnage d’Al Pacino entraîne dans un tango (sur l’air de Por una Cabeza) une inconnue, qu’il a choisie en identifiant la subtile fragrance de son savon de toilette.

John Carr, Dead Girls Don’t Tango, 1992

Un tueur en série étrangle ses vitimes après les avoir forcées à danser un tango.

Régis Wargnier, Indochine, 1992

C’est une tranche de l’histoire de l’Indochine française des années 1920 à 1950 à travers la saga d’une famille française coloniale exploitant des plantations d’hévéas, immergée dans le soulèvement de Vinh et la mutinerie de Yên Bái en 1930 jusqu’aux accords de Genève de 1954 qui ont mis fin à la présence française en Indochine. À l’intérieur de ce cadre historique se déroule une histoire d’amour.

Goran Paskaljevic, Tango argentino, 1992

Patrice Leconte, Tango, 1993

Bien que coupable, Vincent a été autrefois acquitté pour le meurtre de sa femme. En contrepartie, le juge de l’affaire, l’Elégant, le charge, quelques années plus tard, de tuer Marie, la femme de son neveu Paul. Le juge, éternel célibataire, Paul et Vincent partent à la recherche de l’infidèle.

Raúl de la Torre, Funes, un gran amor, 1993

Bela Tarr, Le Tango de Satan, 1994

Un groupe d’âmes perdues dans la grande plaine hongroise balayée par le vent et sous l’incessante pluie d’automne. Dans une ferme collective démantelée et livrée à l’abandon, ces quelques habitants végètent et complotent les uns contre les autres. Un peu à l’écart, un vieux médecin alcoolique et misanthrope les observe et prend des notes sur chacun d’eux.Soudain une rumeur annonce le retour de deux autres personnages que l’on croyait morts. Cette nouvelle bouleverse ces êtres en manque de perspective. Certains y voient l’arrivée d’un messie, d’autres redoutent celle de Satan… Une longue épopée sur la chute du communisme en Europe de l’Est. Adaptation du roman de László Krasznahorkai.

Affiche du film La Laçon de tangoMartha Coolidge, Out to Sea, 1997

Wong Kar-wai, Happy Together, 1997

Plusieurs tangos dansés dans ce très beau film hong-kongais qui met en scène un couple d'homosexuels en visite en Amérique-du-Sud.

Sally Potter, La Leçon de tango, 1997

Sally écrit un scenario sur le tango pour Hollywood. Peu satisfaite par son travail et décide de prendre des cours de Tango avec Pablo, un danseur de tango argentin professionnel vivant a Paris. Ils finissent par tomber amoureux et concluent un marché : s’il fait d’elle une véritable danseuse de tango, en échange, elle fait de lui une star du cinéma. Pablo accomplit sa part du marché, mais leur tentative de réaliser un film ensemble a Buenos Aires, révèle peu à peu, toutes la complexité et les ambiguïtés de leur histoire d’amour.

Olivier Ducastel & Jacques Martineau, Jeanne et le garçon formidable, 1998

Carlos Saura, Tango, 1998

Un jeune et talentueux metteur en scène, que sa femme vient de quitter, cherche à noyer sa peine en se réfugiant dans le travail et se lance à cœur perdu dans un vaste projet de film consacré au tango. Au cours des auditions, il rencontre une merveilleuse et ravissante danseuse, Elena, qui est la protégée du principal commanditaire du spectacle, le puissant Angelo Larroca. Mario et Elena sont pris d’une passion aussi irrépressible que dangereuse. Lors de la répétition générale, un des hommes de main de Larroca se glisse parmi les danseurs et poignarde Elena.

Giuseppe Tornatore, Maléna, 2000

Printemps 1940. Mussolini a déclaré la guerre à la France et à la Grande Bretagne. Renato Amoroso, 13 ans, est heureux pour d’autres raisons. Il vient de recevoir sa première bicyclette et d’apercevoir Maléna, une jeune femme à l’exquise beauté, nouvelle venue en ville et dont le mari est parti au front. Chaque déplacement de Malena est une attraction. Sa sensualité dévastatrice attire le regard des hommes, la haine de leurs épouses et lui crée bien des tourments… Son destin est celui du jeune garçon se retrouveront liés par la force des choses.

Baz Luhrmann, Moulin rouge, 2001

Satine est l’éclatante vedette du Moulin Rouge, lieu fréquenté par l’élite décadente de la société. L’incroyable courtisane met le feu aux désirs les plus secrets de la gente masculine. Sans le vouloir, ses charmes font succomber Christian, un jeune écrivain bohème qui croit en la vérité, en la beauté et en l’amour. Ensemble, ils braveront les interdits du célèbre cabaret parisien. Un déluge de décors et de couleurs.

Affiche du film Les Trottoirs de SaturneRobert Duvall, Assassination tango, 2002

John J. Anderson, tueur à gages professionnel profondément attaché à sa fiancée Maggie et à Jenny, la fille de celle-ci, est envoyé en Argentine pour exécuter un nouveau contrat. Mais lorsque sa cible, un général de l’armée argentine, repousse son retour au pays, John décide de passer quelques temps à Buenos Aires. Il y fait alors la connaissance de Manuela, une très jolie danseuse, qui devient son professeur de danse et le guide à travers l’univers sensuel du tango. Le dur retour à la réalité de sa mission sera d’autant plus difficile.

Daniel Burak, Bar, El Chino, 2003

Un homme et une femme tentent, séparément puis ensemble, de réaliser un documentaire sur un bar de tango.

Edgardo Corazinski, Dans le rouge du couchant, 2003

Peter Chelsom, Shall We Dance? (La Nouvelle Vie de Mr. Clark), 2004

Un homme d’âge mûr, qui s’ennuie dans son couple et dans son quotidien, va mettre du piment dans sa vie en prenant des cours de danse avec une ravissante jeune femme.

Stéphane Brizé, Je ne suis pas là pour être aimé, 2005

Jean-Claude Delsart, 50 ans, huissier de justice, le cœur et le sourire fatigués, vit depuis toujours une existence morne et solitaire et a depuis longtemps abandonné l’idée que la vie pouvait lui réserver de bonnes surprises. Jusqu’à ce jour où il s’autorise à pousser la porte d’un cours de tango argentin où il fera la rencontre qui changera sa vie.

Hernán Gaffet, Ciuidad En Celo, 2006

Rogelio Lobato, Valentina’s Tango, 2007

Randall Pollock, Tango Into the Night, 2007 (court métrage, 9’)

Francesca Di Amico, La Milonga, 2008

Stephan Elliott, Un mariage de rêve (Easy Virtue), 2008

Dans cette comédie romantique une jeune Américaine, qui fait scandale dans la bonne société britannique, danse un tango provocant avec le père de son mari.

Diego Martinez Vignatti, La Chanteuse de tango, 2010

Helena est un grand espoir du tango. Elle est profondément, passionnément amoureuse. Lorsqu’elle passe avec succès une audition avec son groupe pour une résidence dans un prestigieux théâtre de Buenos Aires, sa carrière semble prendre son envol. Mais elle est alors frappée par un drame : l’homme qu’elle aime ne l’aime plus. Pour Helena qui vit et chante pour l’Amour, c’est le bout du chemin. Obsédée et torturée par cette perte, Helena est incapable de dépasser la blessure de son cœur et devient l’ombre d’elle-même. Mais que se passerait-il si elle s’en allait pour tout recommencer ailleurs ? Qu’arriverait-il si elle laissait derrière elle sa souffrance et entamait une nouvelle vie dans un autre pays ? Peut-être serait-elle alors capable d’abandonner sa douleur pour, lentement, réapprendre à vivre et à aimer…

Solveig Nordlund, A Morte de Carlos Gardel, 2011

Adaptation du roman d'Antonio Lobo Antunès.

Nikos Koutelidakis, To Tango to Hristougennon (Christmas Tango), 2011

À l’époque de la Junte des Colonels, dans un camp, un lieutenant force un soldat à lui apprendre le tango pour pouvoir le danser avec la femme du colonel.

Frédéric Fonteyne, Tango libre, 2012

JC, gardien de prison, est un homme sans histoire. Sa seule fantaisie consiste à suivre un cours de tango un soir par semaine. Un jour, il y rencontre une nouvelle venue, Alice. Le lendemain, il la retrouve avec surprise au parloir de la prison, elle rend visite à deux détenus : l’un est son mari, l’autre son amant… Étrangement attiré par cette femme libre qui ne vit selon aucune règle, JC finit par transgresser tous les principes qui gouvernaient sa vie jusqu’alors.

Sean Michael Beyer, Another Tango, 2018

 


 

Films documentaires

 

Eugenio Py

  • Tango argentino, 1900
  • Tango criollo, 1906

Julio Rossi, El Morocho del Abasto: La Vida de Carlos Gardel, 1950

Affiche du film El Último BandonéonMaurice Berú, Fueye querido, 1964

Solly Schroder, Carlos Gardel. Historia de un Ídolo, 1964

Simón Feldman, Tango argentino, 1969

Angel Acciaresi, Hasta siempre Carlos Gardel, 1973

Jorge Cedrón, Tango, 1979

Rodolfo Corral & Guillermo Fernández Jurado, El tango en el Cine, 1980

Henri Plaat, Spurs of Tango, 1980

Mauricio Berú, Tango y tango, 1984

Jana Bokova, Tango mio, 1985

Carlos Orgambide, Gardel, el alma que canta, 1985

Jorge Zanada, Tango Bayle nuestro, 1988

Affiche du film Café de los maestrosGustavo Cova, 100 años de Carlos Gardel, 1989

Jan van den Berg, El Abrazo, 1990

Juan Carlos Copes, Tango, the Obsession, 1998

Lawrence Jordan, Tango Magic, 1999

Jerzy Sladkowski, Schwedischer Tango, 1999

Sonja Schultz et Gabreille Sophia Börges, Dance the Gender, 1999

Ce documentaire propose de découvrir le travail chorégraphique du groupe Tango Mujer, aujourd’hui disparu, qui a réuni de 1996 au milieu des années 2000 cinq danseuses

Jean-Paul Roig, Tango Cedrón, 2002

Cristian Pauls, Por la vuelta [Leopoldo Federico], 2002

Lorena Muñoz & Sergio Wolf, Yo no sé qué me han hecho tus ojos [Ada Falcón], 2003

Daniel Rivas, Abrazos, Tango en Buenos Aires, 2003

Jana Bokova, Tango salón – Confitería la Ideal, 2004

Jacqueline van Vugt, Adios Nonino, 2004

Jana Bokova, Tango salón, confitería La Ideal, 2004

Mike Dibb, Tango maestro – The life and music of Astor Piazzolla,  2004

Adrián Lorenzo et Juan Pablo Martinez, Los guardianes del ángel [Aníbal Troilo], 2004

Rafael Filippelli, Notas de tango, 2004

Guillermo Tello, Los Misterios del tango, 2004

Série de 10 documentaires de 25 minutes. Chacun présente de manière très vivante un aspect de l’histoire du tango

Marta Noemí Bautis, Global tango, 2004

Affiche du film Our last tangoCaroline Neal, Si sos brujo. Una Historia del tango, 2005

Mauricio Berú, Piazzola en Buenos Aires, 2005

Joshua Dylan Mellars, Tango Illusions, 2005

Alejandro Saderman, El último Bandoneón, 2005

Mercedes García Guevara, Tango, un Giro extraño, 2005

Arne Birkenstock, 12 Tangos - Adios Buenos Aires, 2005

Bebe Kamin, Maestros Milongueros, 2006

Johnny Robinson, The Heart of Tango, 2007

Alberto Larrán, A los Cuatro Vientos [Hugo Díaz], 2007

Gabriel Solloszy, Mederos joue du Tango, 2007

Nicolas Entel, Orquesta Típica, tango o muerte, 2007

Miguel Kohan, Café de los maestros, 2008

German Kral, El último aplauso, 2008

Esther Echenbaum Jonisz et Jorge Dimov, El inefable bandoneón del Tango [Leopoldo Federico], 2009

Affiche du film Tango negro, les racines africaines du tangoHernán Belón, El tango de mi vida, 2009

Carmen Porras et Daniel Cobarrubias, Tangueando [le tango à Toulouse], 2009

Buenos Aires, Dias y noches de tango, 2007

Collection de 7 DVD et CD présentant 10 heures de films sur les différents aspects du tango à Buenos Aires aujourd’hui : orchestres et musiciens, poètes et chanteurs, danseurs, milongas…

Eduardo Spagnuolo, Manzi, un poeta en la Tormenta [biopic], 2009

Viviane Blumenschein, Mittsommernachtstango [le tango en Finlande], 2013

Dom Pedro, Tango Negro: The African Roots of Tango, 2013

Miguel Libedinsky, Hearts of Tango [le tango à Toronto], 2014

German Kral, Último tango [Un Tango más], 2015

Gabriela Aparici, Tango Suomi [le tango en Finlande], 2016

Irene Schueller, Tango on a Visit, 2017

Los Capos del tango

Ensemble d’archives audio visuelles brutes liées au tango, regroupées par grands artistes, souvent intéressantes mais présentées de manière non structurée

Agenda

Cours  & Pratique
Atelier & Stage
Concert   Milonga  Festival 

Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30

Recherche dans le site

Free Joomla templates by L.THEME